Richard Robillard s’adresse à des parents de CPE

Le 23 octobre dernier, plus de 200 personnes se sont déplacées pour entendre Richard Robillard, psychopédagogue et formateur reconnu dans le domaine de l’éducation. Il y a abordé ce qu’il considère que les 3 grands domaines d’apprentissage dans la vie : «Apprendre à vivre avec soi-même, apprendre à vivre avec les autres et apprendre à vivre avec la vie».

Les  nombreux parents présents ont bénéficié de ses réflexions sur les progrès réalisés ces dernières années en neurosciences affectives et sociales, qui apportent de plus en plus de réponses dans le domaine des émotions, de l’affectivité et de la vie neurologique et sociale des enfants.

Il affirme avec certitude que le cerveau de l’enfant est immature (c’est normal) et que les premières années de sa vie, de la conception jusqu’à 6-7 ans, sont de véritables fondations sur lesquelles s’enracine toute existence humaine (les années cruciales du développement de l’attachement). L’enfant est fragile, malléable et influençable. Son cerveau présente une étonnante plasticité lui permettant «d’enregistrer» dans de nouveaux circuits toutes les expériences, qu’elles soient positives ou négatives. Quand les adultes sont empathiques et chaleureux, il se produit un cercle vertueux. L’enfant sécrète de l’ocytocine qui déclenche la production successive de trois autres molécules: la dopamine, les endorphines, la sérotonine. L’ocytocine est la molécule de l’empathie, de l’amitié, de l’amour et de la coopération. Elle procure du bien-être et diminue le stress et l’anxiété en plus de rendre confiant. La dopamine stimule la motivation, donne du plaisir à vivre et favorise la créativité. Les endorphines sont des opioïdes qui procurent une sensation de bien-être. La sérotonine stabilise l’humeur.

C’est ainsi qu’il a pu démontrer aux parents que si les besoins fondamentaux de l’enfant sont satisfaits (éducation aimante, soutenante, sans menace ni punition) l’enfant a du plaisir À VIVRE, il est joyeux, explorateur et joueur. 

Au contraire, quand ses besoins fondamentaux ne sont pas satisfaits (éducation dure, punitive), l’enfant est stressé, agressif, angoissé et parfois même déprimé.

Voilà pourquoi il recommande aux parents de créer des conditions favorables à un développement sain par des interventions positives : l’empathie (sensibilité, compréhension, compassion, indulgence); la bienveillance (respect, douceur, soins, protection, encouragement) et la fermeté (cohérence, repères, solidité et solutions). 

Une belle soirée enrichissante aux dires de plusieurs parents!

Phrases à retenir:
Être un contenant sécurisant pour l’enfant
Être une boussole qui oriente et sécurise
Être un phare qui éclaire et guide

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.